Conserver en zoo

Des actions coordonnées

Les parcs zoologiques s’organisent pour la sauvegarde des espèces menacées

Le parc de Lunaret est membre de l’EAZA (Association Européenne des Zoos et Aquariums).
Cette organisation regroupe aujourd'hui 320 structures zoologiques à travers 35 pays européens. L'EAZA permet une plus grande coordination et coopération entre ses parcs membres. Elle diffuse régulièrement des recommandations de pratiques d'élevage et de reproduction tenant compte du bien-être des animaux en captivité.
 

Logo EAZA


Les missions de l'EAZA

Le travail de l'EAZA s'articule autour de quatre grands axes :

  • Maintenir des populations viables d'animaux dans les parcs zoologiques pour assurer la survie de leurs espèces sur le long terme. Pour atteindre cet objectif, l'EAZA facilite la coopération entre ses membres par les Programmes d’Élevage Européens (ou EEP) qui sont gérés par des coordinateurs au niveau européen. Chaque espèce placée en EEP est gérée par un coordinateur qui émet régulièrement des recommandations d'élevage et de reproduction adpatées à l'espèce considérée.
     
  • Apporter un soutien financier et humain à des projets de conservation in situ qui oeuvrent à la préservation d'espèces menacées et de leurs habitats sur le terrain.
     
  • Promouvoir l'éducation et la sensibilisation des publics à la biodiversité et sa préservation au travers de la pédagogie au sein des parcs zoologiques. L'EAZA participe également à des rencontres et discussions sur les thématiques de la conservation dans des organisations comme les Nations Unies, l'UICN, la CITES ou encore l'Union Européenne.
     
  • Contribuer à la recherche sur la biologie animale afin d'améliorer les connaissances sur les comportements, les modes de vie et les interactions entre espèces.

 

Naissance Addax au parc de Lunaret

Les programmes d'élevages européens au Parc de Lunaret

Les Programmes d'Élevage Européens ont pour but d’améliorer la reproduction de certaines espèces sauvages présentes dans les parcs zoologiques. Ces dernières sont souvent menacées dans leur milieu, elles ont parfois même disparu de la nature et ne sont plus présentes que dans les parcs zoologiques. Ces programmes ont également pour but d’optimiser, autant que possible, la diversité génétique de ces espèces en captivité. Lorsque cela est possible, les EEP permettent aussi la réintroduction de certains animaux dans leur milieu naturel.

Lorsqu’une espèce en offre la possibilité technique et génétique, elle peut être classée en EEP par l’EAZA. Un coordinateur préconise alors des actions aux parcs zoologiques concernés, comme des échanges d’animaux, des mises en dépôt, des mise en contact mâles/femelles… Afin de limiter la spéculation, il n’y a jamais de vente d’animaux.

Le parc de Lunaret présente actuellement 24 espèces en EEP.

Le pictogramme ci-dessous indique que l'espèce concernée est en programme d'élevage européen.

Logo EEP

Le parc de Lunaret présente également 14 espèces classées en ESB (European StudBook) ou registres généalogiques.

Ces registres permettent de suivre les effectifs d’espèces menacées, un coordinateur préconise des actions dont, si besoin, leur classement en programmes d’élevage européens.
Ce statut est amené à disparaître vers un classement unique en EEP (les espèces concernées seront donc classées en EEP).

 

Vous trouverez la mention EEP pour les espèces concernées sur les pages « Animaux » du site et en téléchargeant les fiches pédagogiques.

Naissance de zèbre de Hartmann au parc de Lunaret

 

 

Diaporama

-->