Ce pin tolère très bien la sécheresse mais il est sensible au gel, ce qui limite sa répartition. On peut voir dans le parc de vieux sujets portant les marques du gemmage, la récolte de la résine pratiquée jusqu’en 1976. Certains vins grecs parfumés à la résine depuis l’antiquité sont encore appelés résinés. L’écorce de pin d’Alep est utilisée pour tanner les cuirs. Cette espèce pionnière recolonise les espaces laissés en friches depuis l’exode rural. Le bénéfice de ce développement envahissant est controversé, notamment à cause du risque d’incendie qu’il génère.

Télécharger la fiche pédagogique ici