Le micocoulier donne un bois souple et robuste. On s’en servait autrefois pour fabriquer des cercles de tonneaux, des cannes à pêche, des brancards de cabriolets, des bâtons de chaise à porteur. Les vignerons en faisaient des piquets de vigne car il est presque imputrescible. A Sauve, dans le Gard, subsiste une production de fourches appréciées pour leur légèreté. Résistant à la pollution et aux maladies, le micocoulier retrouve sa place dans les espaces publics après avoir été détrôné par le platane depuis le XIXème siècle.

Télécharger la fiche pédagogique ici